3 clips musicaux qui narrent l'exil

Il est temps de partir, de prendre la mer. Découvrez trois univers qui narrent l’exil à leur manière.

L’essence même de Commun Exil consiste à narrer l’exil, principalement par le biais des mots. Mais qu’en est-il de ceux qui ajoutent la puissance du visuel pour accentuer l'intrigue ? Histoire de continuer sur notre lancée de visibilisation des parcours d’exil, voici trois clips qui nous ont particulièrement touchés.

INTERNET KIDS - HARRAGAS


Le terme « harraga » signifie "brûleur de frontière” en dialecte algérien. Internet Kids a mis en scène un clip criant de vérité, relatant la réalité des jeunes qui, par manque d’opportunités et de chances, décident de partir dans une embarcation de fortune. Une vidéo émouvante et une mélo’ qui tourne en boucle dans nos esprits. « Héé Mama…! »

ZAMDANE - FLOUKA

Flouka, c’est un terme qui justement, désigne l’embarcation de fortune dans laquelle le voyage de l'exil commence. Ce moyen de transport a transporté beaucoup de migrants, dont Zamdane, rappeur d’origine marocaine ayant connu la rude traversée du cimetière marin qu’est la mer Méditerranée. Lui est arrivé à bon port et via ce clip touchant, il replonge dans son passé, remontant sur la barque pour nous raconter une histoire ; la sienne. « Combien de noyades ont été causés par cette Flouka ? »


THE BLAZE - TERRITORY

La baie d’Alger en fond, observée par un jeune homme en survêt’, c’est le retour au pays natal, le comeback in Territory ; un clip qu'on ne présente plus. Les retrouvailles avec la mère, la famille, les amis. La fin d’un ère et peut-être le début d’une autre, ou le retour à zéro, on ne sait pas trop. Un clip à l’esthétique particulière, narrant l’exil de façon à ce qu’on le comprenne et chante haut et fort : « There’s no place like my home since I was born. »


Commun Exil